Les travaux de 1922 à 1982 - Surkh Kotal

Le site de Surkh Kotal constitue l’une des fouilles majeures de la DAFA en Afghanistan, avec seize campagnes de fouilles organisées de 1952 à 1963 sous la direction de Daniel Schlumberger. Situé dans la province de Baghlân et au sud de la Bactriane antique, Surkh Kotal consiste en une colline aménagée d’environ 50 mètres de hauteur, qui a nécessité de fait des travaux de terrassement très importants s’étendant sur environ 19 000 m2. Les fouilles révèlent rapidement un sanctuaire auquel on accède par un escalier monumental ; les très nombreuses découvertes monétaires de la période kouchane donnent au site sa période. De plus, les découvertes épigraphiques – en bactrien ou étéo-tokharien – sont nombreuses mais étalées sur toute la chronologie du site. Ces inscriptions seront traduites grâce aux recherches de savants français, allemands et soviétiques. L’analyse des découvertes conduira D. Schlumberger à définir le sanctuaire comme le « Temple de Kanishka le Victorieux », et donc un temple dynastique avec culte du feu sacré.

Le sanctuaire, entouré d’une ceinture de remparts, se compose du temple principal (A) et de deux temples secondaires (B et D). Le temple A se présente comme un vaste péribole approximativement rectangulaire, divisé entre le temple au sommet délimité par une cour à portiques, et un étagement de quatre terrasses ou esplanades traversé par un escalier. Le temple B, de plan rectangulaire, comporte un autel carré, formé de briques crues, bien conservé au milieu de la cella. Le temple D est curieusement placé dans la cour du temple A, dont il bouleverse la symétrie. La pierre n’est qu’exceptionnellement utilisée dans l’architecture, si ce n’est à des fins décoratives.

Quatre inscriptions parmi les découvertes épigraphiques retiennent particulièrement l’attention : SK1, inscription pariétale sur 34 blocs ; SK2, inscription dite inachevée commençant par une date ; SK3, inscription dite de Palamède de trois lignes ; SK4, inscription dite la grande inscription de Surkh Kotal qui existe en trois versions (sur monolithe et sur 53 blocs). Associées aux découvertes monétaires, ces inscriptions permettent de dater la pleine activité du sanctuaire de Kanishka à Vasudeva I, avec une restauration sous Huvishka. En revanche, les indices matériels manquent pour dater sa fondation durant le règne de Wima Kadphisès.

Galerie d'images

Bibliographie

D. Schlumberger, M. Le Berre et G. Fussman

1983

Surkh Kotal en Bactriane I : Les temples, Mémoires de la DAFA XXV, de Boccard, Paris.

G. Fussman et O. Guillaume
DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA