Les travaux de 1922 à 1982 - Shahr-i-Banu

Situé à 18 km au nord de Khulm (ou Tashqurghan), le site de Shahr-i-Banu est repéré par Joseph Hackin dès 1924 mais ne sera fouillé qu’en octobre et novembre 1938 par Jean Carl, suivis de quelques sondages ouverts l’année suivante par J. Hackin, absorbé par la fouille de Bégram. La ville se présente sous la forme d’un carré de 250 mètres de côté. Six chantiers sont ouverts, dont un en dehors de la ville : les autres se concentrent à l’intérieur de l’enceinte ou sur l’enceinte même. Des repérages supplémentaires permettent de mettre au jour deux citernes contemporaines du site à 400 mètres de la ville. Les fouilles seront finalement interrompues en raison du Ramadan, et J. Carl se concentrera sur un autre site.

Les différents chantiers, en particulier I et IV, permettent de dégager une partie de la structure de la ville ; a contrario, la tranchée 6 sur le chantier I, ou encore le chantier II ouvert sur le mur d’enceinte ne livreront aucun vestige. Sur deux chantiers (III et IV) court une canalisation en terre cuite, dont les éléments s’emboîtent par leur extrémité. Le mur d’enceinte extérieur mesure près de 3 mètres d’épaisseur, et un second mur d’enceinte intérieur, percé de meurtrières, sert de support à des chambres voûtées. Plusieurs pièces sont dégagées, et livrent sur le chantier V, qui s’avère être un dépotoir, des fragments de poteries de toutes dimensions et qualités, notamment des gobelets en céramique fine et moulurée. Les motifs ornant les poteries sont uniquement géométriques.

Un nombre important de tablettes et de figurines en terre cuite sont découvertes : chevaux, figures humaines, divinités (?), etc. Les monnaies trouvent sur le site une importance particulière, puisqu’une monnaie kouchane de Kadphisès II (Wima Kadphisès ?) est trouvée en surface sur le chantier V : J. Carl l’interprète comme un marqueur chronologique de la phase tardive d’occupation, la phase précédente étant celle d’Hélioclès (en réalité Yuezhi). Les sondages de J. Hackin, non localisés, ajoutent des monnaies d’Euthydème (?), Sôter Mégas et Huvishka aux trouvailles monétaires.

Galerie d'images

Bibliographie

J. Hackin

1933

L'œuvre de la DAFA, Maison Franco-japonaise, Tokyo.

J. Hackin, J. Carl & J. Meunié
DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA