Les travaux de 1922 à 1982 - Païtava

Le site bouddhique de Païtava, situé à 11 km au sud-ouest de Bégram, est fouillé en décembre 1924 par Joseph Hackin, après plusieurs tentatives de la part des archéologues français, toutes au succès mitigé. Signalé par Alfred Foucher, Païtava est l’objet d’une mission de Gabriel Jouveau-Dubreuil à l’été 1924, fouille interrompue par la rébellion de Khost et dont le rapport restera longtemps inédit. En novembre de la même année, Jules Barthoux se rend sur le site qu’il abandonne rapidement, estimant le nombre de fouilleurs insuffisant. Les opérations menées par J. Hackin, complétées en 1925 par J. Barthoux, permettent de découvrir un nombre important de sculptures de schiste, dont une stèle représentant le Bouddha au grand miracle, et plusieurs stûpas répartis sur trois terrasses. Plusieurs fragments de statues en terre cuite, polychromes et dorées, sont également mis au jour.

La statue du Bouddha, qui fait bloc avec le panneau de schiste, porte sur le vêtement inférieur les traces d’un enduit rouge destiné à faciliter l'adhérence de la pellicule d'or qui recouvrait complètement les vêtements et les parties apparentes du corps du Bouddha. L’influence indienne décelée par J. Hackin le pousse à dater cette sculpture de la fin du iiie ou du début du ive siècle, c’est-à-dire parmi les dernières productions de l’art gréco-bouddhique de la Kapisa. Les découvertes monétaires faites par J. Hackin tendraient de leur côté à prouver la présence d’une structure plus ancienne, avec deux monnaies frappées par les Kouchans (Kujula Kadphisès et Huvishka).

Il est intéressant de noter qu’une autre sculpture de schiste, représentant la même scène, est découverte en 1914 sur le même site et donnée à l’Allemagne par le roi Amanullah Khan. Les deux stèles étant visiblement la réplique l’une de l’autre, se pose dès lors la question de l’existence à Païtava d’un atelier de sculpteurs. L’hypothèse d’un rattachement symbolique de cet épisode de la vie du Bouddha, dans le cadre d’une géographie mythique en Kapisa, semble quoi qu’il en soit peu probable.

Galerie d'images

Bibliographie

P. Cambon

1996

« Fouilles anciennes en Afghanistan (1924-1925). Païtāvā, Karratcha », Arts Asiatiques, 52, p. 13-28.

J. Hackin
DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA