Les travaux de 1922 à 1982 - Lashkari Bazar

Le site de Lashkari Bazar est celui de la résidence princière de la célèbre ville musulmane de Bust, située au sud-ouest de l’Afghanistan ; évoquée dans les textes, la résidence n’est découverte qu’en avril 1948 par Daniel Schlumberger, lors d’une prospection dans la région. S’ensuivent dès lors six campagnes de fouilles de 1949 à 1952. Les nombreux vestiges sont encore bien visibles, avec parfois dix ou douze mètres d’élévation conservés, et variés : trois châteaux, des bains, un jardin, une mosquée, un bazar. Bust est une ville ancienne, qui devient ghaznévide à la fin du xe siècle et jusqu’en 1150 quand la ville est mise à sac, avant d’être complètement restaurée aux environs de 1160 par les souverains ghorides ou leurs vassaux. La fouille ne livre cependant aucun objet rare, et consiste surtout en une étude architecturale.

Le matériau principal de construction est la terre crue, sous forme de pisé ou de briques crues, les secondes étant quasi-exclusivement utilisées dans les édifices importants. Le site étant immense, les fouilles se concentrent sur trois chantiers : Lashkari Bazar, le four des potiers et les remparts. Le château du sud, ou grand château, livre un plan d’ensemble complexe, dont les pièces principales comportent de nombreuses annexes, et des modes de couvertures variés (voûtes en berceau, couvertures sur arcs transversaux, sur croisée d’arcs, coupoles).

Le bazar se présente comme une double file d’une centaine de boutiques alignées face à l’entrée du château sud. Ces boutiques étaient précédées d’une colonnade formant portique. Sur les 199 boutiques repérées, seules 31 ont été fouillées, en raison des moyens limitées dont disposait la mission. Livrant pour l’essentiel des tessons et des monnaies, le bazar, construit sous Maḥmūd, n’est qu’en partie réoccupé sous les derniers souverains ghaznévides, avant d’être définitivement abandonné vers 1150.

Les éléments décoratifs se divisent en quatre catégories : la décoration intérieure à base de briques, les décors couvrant en stuc, les revêtements de terre crue, et les décors peints sur enduit. Durant deux siècles, les artistes sont influencés par des courants artistiques divers, tout en constituant une école artistique locale développée depuis le ixe/xe siècle, marquée par les modes ayant fleuri dans le centre irano-mésopotamien de l’empire abbasside.

Galerie d'images

Bibliographie

J.-C. Gardin

1963

Lashkari Bazar, une résidence royale ghaznévide et ghoride II. Les trouvailles : Céramiques et monnaies de Lashkari Bazar et de Bust, Mémoires de la DAFA XVIII, Librairie C. Klincksieck, Paris.

D. Schlumberger, avec la collaboration de M. Le Berre et des contributions de J.-C. Gardin et G. Casal
J. Sourdel-Thomine, dessins de M. Le Berre et C. Hardy-Guilbert
DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA