Les travaux de 1922 à 1982 - Fondukistân

La vallée du Fondukistân se situe à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Kaboul, et à la même distance à l’est de Bâmiyân. Le monastère bouddhique de Fondukistân est découvert fortuitement en 1937 à la suite de fortes pluies, qui creusent une crevasse et révèlent des fragments de statues en terre crue aux traits marqués par une influence indienne. Jean Carl quitte la fouille de Bégram pour dégager à partir de mai 1937 les vestiges du monastère, qui comprend un sanctuaire et des dépendances : cellules, salle de réunion, communs. La cour carrée comporte un stûpa central, ainsi que douze niches dont les parois et la voûte sont ornées de peintures. Dans ces niches se trouvaient de grandes statues modelées en terre et polychromées ainsi que des bustes fixés à la paroi.

L’attention de J. Carl est rapidement retenue par les statues des niches A et E, dont le torse est inhabituellement courbé et étiré ; en ce qui concerne les personnages féminins, il existe un fort contraste entre les mensurations des hanches et de la taille. Les colliers de perles enroulés autour de la taille et les écharpes nouées autour du torse achèvent de démontrer l’influence indienne sur l’iconographie de ces statues, malgré la représentation du costume féminin de l’Asie Centrale. La niche C est occupée par un Bouddha au Grand Miracle accompagné de deux personnages féminins : à nouveau, la finesse de la taille et la poitrine développée évoquent des réminiscences indiennes.

Les peintures murales se concentrent autour des niches E et K. La niche E comporte des peintures représentant un Bodhisattva, dans la posture de délassement royal, et un Bouddha, assis sous l’arbre de la Bodhi. À l’intérieur de la niche se trouvent également deux figures féminines, torse nu de style nettement indien. La niche K se distingue particulièrement par des représentations des divinités lunaire et solaire : ces personnages sont très répandus en Asie Centrale, et J. Hackin évoque des rapprochements intéressants avec les peintures au sommet de la niche du Bouddha de 35 mètres de Bâmiyân. Pour le même auteur, les statues et les peintures murales « représentent les dernières manifestations artistiques du Bouddhisme sur le territoire de l’Afghanistan ».

Galerie d'images

Bibliographie

J. Hackin

1938

« Fouilles de la délégation française en Afghanistan à Kapiśī et dans la vallée de Fondukistan », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 59-62.

J. Hackin, J. Carl & J. Meunié
DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA