Tepe Zargarân, Balkh

Le site de Tepe Zargarân ou "Tertre des Orfèvres" fut repéré par Alfred Foucher lors de sa prospection de 1924. Il s’agit d’un vaste tumulus de contour irrégulier d’environ 450 m de longueur sur une largeur maximale de 300 m. Il est situé au bord d’une branche du delta de canaux de la rivière de Balkh à 800 m au Sud-Est du Bala Hissar. A. Foucher l’interpréta comme un faubourg abandonné depuis le XIIIème siècle ou depuis la première invasion musulmane du VIIème siècle.

C’est à la suite de la découverte de blocs grecs durant les pillages de Balkh, que Roland Besenval entreprit en 2002 de réaliser une prospection de cette zone afin de vérifier la véracité de ces trouvailles. Des blocs architecturaux de facture grecque furent retrouvés dans le village de Bâgh-e Oraq, qui provenaient selon les villageois, d’un secteur du Tepe Zargarân, connu sous le nom de Chehel Soutun (les 40 colonnes). A proximité du village, une rapide reconnaissance a permis de repérer également les restes d’une construction enterrée, matérialisée par des parements de pierre ornés de pilastres.

Les campagnes de fouille menées depuis 2004 ont permis d’améliorer nos connaissances de Balkh aux périodes hellénistique, kouchane et islamique. En effet, les blocs grecs identifiés à la suite de pillages, proviennent d’un aménagement d’époque kouchane dans lesquels ils sont réemployés. Balkh présente une grande architecture de pierre hellénistique se plaçant donc culturellement dans la même aire que les découvertes d’Aï Khanoum. Il existe également des aménagements postérieurs au IIème siècle après J.-C. utilisant des pierres de récupération des monuments bouddhiques et de bâtiments kouchano-sassanides.

Depuis 2014, la DAFA a concentré ses efforts sur l’étude des vestiges archéologiques exhumés du Tépé Zargarân et plusieurs études sont actuellement en cours. Celles sur les céramiques collectées sur les chantiers 6, 15 et 18 révèlent en particulier que le site ne semble pas avoir été occupé antérieurement à la période Yas III même si des formes antérieures sont présentes.

Bibliographie

BERNARD (P.), BESENVAL (R.), MARQUIS (Ph.)

2006

« Du "mirage bactrien" aux réalités archéologiques : nouvelles fouilles de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) à Bactres (2004-2005) », in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 150, n° 4, p. 1175-1248.

Télécharger l’article

BESENVAL (R.), MARQUIS (Ph.)
BESENVAL (R.), MARQUIS (Ph.)
DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA