L’institution

En 2002, après 20 ans de fermeture sur décision du gouvernement pro-soviétique afghan, la DAFA a redémarré ses activités en Afghanistan en insistant sur la coopération franco-afghane dans le domaine du patrimoine archéologique et monumental. Elle fait aujourd’hui partie du réseau des Instituts Français de Recherche à l’Etranger (IFRE) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement international.

Sa mission s’est renforcée depuis la signature en 2012 du traité d’amitié et de coopération entre l'Afghanistan et la France. La DAFA contribue davantage à la connaissance du riche passé de l’Afghanistan dans le cadre d’opérations archéologiques franco-afghanes. La formation de la nouvelle génération d’archéologues afghans, comme la protection, la restauration et la mise en valeur du patrimoine de ce pays, sont des priorités pour la DAFA se traduisant sur le terrain par des campagnes de prospection, des fouilles archéologiques programmées ou des fouilles de sauvetage essentiellement consécutives aux pillages intensifs des sites.

En savoir plus

Aujourd’hui, la DAFA travaille en étroite collaboration avec ses partenaires institutionnels locaux, notamment le Ministère de l’Information et de la Culture, le Ministère des Mines et du Pétrole, le Ministère des Affaires du Développement urbain, mais aussi l’Institut National d’Archéologie, le Musée National d’Afghanistan, ainsi qu’avec des institutions internationales telles que l’UNESCO, l’Aga Khan Trust for Culture (AKTC), la Banque Mondiale, le Deutsche Archäologische Institut (DAI), l’Afghanistan Center at Kabul University (ACKU), le Département d’État américain pour ne citer que les principaux.

Parmi les projets les plus récents, la DAFA s’est investie dans les fouilles et prospections de la citadelle de Shahr-e Gholgholah à Bâmiyân et du Mosallâ de Hérat (en partenariat avec l’UNESCO), les fouilles de la mosquée Noh Gonbad (Hâji Piyâda) à Balkh (en partenariat avec l’AKTC), et la poursuite de l’étude de sites antiques et protohistoriques tels que Mes ʻAynak, Balkh et Cheshme Shafâ.

Les compétences territoriales de la DAFA ont été élargies à l’ensemble de l’Asie centrale, au Pakistan et au Xinjiang. Dans ce cadre, la mission de la DAFA est, comme en Afghanistan, de servir de relais, d’appuyer et d’organiser des missions archéologiques et patrimoniales françaises en coopération avec les pays faisant l’objet de ces missions. Ainsi, des missions archéologiques au Turkménistan (fouilles sur le site d'Ulug-dépé) et en Ouzbékistan (prospections dans la vallée du Surkhan-daria sont aujourd'hui dirigées et/ou soutenues par la DAFA).

En 2015, la DAFA a été sollicitée par le gouvernement afghan afin de mettre en place la Carte Archéologique de l’Afghanistan. Cette énorme base de données des sites archéologiques connus de l’Afghanistan sera destinée à faciliter la recherche scientifique et la protection du patrimoine. C’est également un outil d’aide à la décision pour les instances gouvernementales tant sur les questions culturelles que celles du développement et de la gestion du territoire afghan.

La DAFA reçoit dans ses locaux de nombreux chercheurs afghans, français et étrangers, qui peuvent bénéficier de son soutien logistique scientifique et accéder à son importante bibliothèque spécialisée dont une partie sera prochainement accessible en ligne.

Logistique

Histoire

DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA