Anciens Directeurs - Roman Ghirshman

Roman Ghirshman (1895-1979), ukrainien de naissance et naturalisé français, suit en 1923 les cours de la Sorbonne, de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et de l’Ecole du Louvre, se spécialisant dans l’histoire de l’Antiquité du Proche-Orient et plus particulièrement d’Iran. En 1930, il participe aux fouilles du site sumérien de Tello en Irak. En 1931, il prend la direction de la Délégation archéologique française en Iran (DAFI) et dirige les recherches menées sur les sites de Sialk et de Tepe Giyan (1931-1937), de Tchogha-Zanbil, capitale élamite, de Chapour et de Suse (1935-1941).

En 1941, conservant la direction de la DAFI, il est nommé responsable de la DAFA, à un moment où le conflit mondial, qui oppose notamment la France Libre du général de Gaulle et la France de Vichy, rend la situation de la DAFA particulièrement difficile.

Ses travaux à la tête de la DAFA reprennent ceux de Joseph Hackin à Bégram, en 1941 et 1942. Néanmoins, en raison du déplacement des archives de son prédécesseur, R. Ghirshman ne peut se fonder sur les derniers travaux réalisés par les équipes françaises. Ayant rallié la France Libre dès 1940, R. Ghirshman est révoqué de son poste par les autorités de Vichy en 1942, mais reste à Kaboul jusqu’à la fin de l’année suivante. Il se rend alors en Égypte où il publie ses travaux grâce à l’Institut français d’archéologie orientale du Caire ; ses réflexions portent en particulier sur l’organisation sociale des sociétés kouchanes et chionites-hepthtalites.

A son retour en France, R. Ghirshman poursuit ses recherches en Iran, et notamment à Suse, publiant abondamment ses travaux. Il est élu membre libre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1965 ; un prix, le Prix Roman et Tania Ghirshman, décerné par l’Académie, récompense depuis l’année 2000 des recherches portant sur l’Orient.

Institution

Logistique

DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA