Anciens Directeurs - Joseph Hackin

Luxembourgeois de naissance, Joseph Hackin (1886-1941) étudie à l’École des Sciences Politiques. S’intéressant à l’iconographie tibétaine, il débute une thèse en 1909 à l’École Pratique des Hautes Études. Ayant obtenu la nationalité française en 1912, il est nommé conservateur-adjoint du Musée Guimet l’année suivante. En pleine Première Guerre Mondiale, il soutient sa thèse en 1916 alors qu’il est mobilisé au front et blessé à trois reprises : il finira la guerre avec le grade de commandant de compagnie, titulaire de la Légion d’Honneur et de la Croix de Guerre. En 1923, il devient conservateur en titre du Musée Guimet.

Ses premiers contacts avec l’Afghanistan datent de 1924, alors que la Commission des fouilles d’Afghanistan le nomme pour une mission de six mois à Païtava, dont il dégage les vestiges du monastère. En 1929, J. Hackin revient en pleine guerre civile à Kaboul mais parvient dès 1930 à fouiller à Bâmiyân en compagnie de son épouse Ria, et de Jean Carl, le nouvel architecte de la DAFA. De retour en Afghanistan en 1933 pour fouiller à Tépé-Maranjan, J. Hackin devient de facto responsable de la DAFA en 1934, travaillant sur le terrain d’octobre à janvier et passant le reste de l’année à Paris à faire connaître ses découvertes. La même année, il entame des fouilles archéologiques à Bégram, qui révèlent en 1937 un trésor remarquable de par sa richesse et son excellent état de conservation, assurant la célébrité du site.

La guerre vient interrompre les recherches de J. Hackin. Maintenu à son poste en 1939, il démissionne en 1940 en désaccord avec le régime de Vichy, puis les époux Hackin rejoignent la France Libre à Londres. Ayant négocié une mission en Asie auprès du général de Gaulle, Joseph et Ria Hackin s’embarquent pour l’Inde : leur navire est torpillé le 24 février 1941 et sombre corps et biens au large des îles Féroé. J. Carl, resté à Londres et apprenant cette mauvaise nouvelle, se suicidera.

Ses archives, transmises aux Britanniques avant le départ de Kaboul mais dont une partie se perd dans les multiples transferts, permettent la publication des résultats des fouilles de Bégram en 1954. Les fouilles menées par J. Hackin, ainsi que les prestigieuses découvertes qui en résultent, assurent le prestige de l’homme et la renommée de la DAFA.

Galerie d'images

Institution

Logistique

DAFA © 2017 All Rights Reserved | Designed & Developed By - DAFA